Textes

Cette rubrique propose en téléchargement les textes des conférences prononcées lors du séminaire Aitia aitiai et des colloques :

  • Juliette Lemaire : « Les causes de l’akrasia chez Aristote – variation socratique ou texte aristotélicien? »  J_Lemaire_causesAkrasia
  • Claudia Melica : « Hegel et Aristote sur la cause finale »

C_Melica_HegeletAristotesurlacausefinale

Résumé : Durant l’ensemble de sa spéculation Hegel reprend différentes thèses aristotéliciennes en les réadaptant à sa propre philosophie. En particulier, le thème du finalisme ; emprunté à Aristote, mais réinterprété par Hegel, celui-ci est utilisé, ici ou là, pour exprimer différentes argumentations. Il faut se référer à trois textes de Hegel au moins : la Science de la logique, les Leçons sur l’histoire de la philosophie, et surtout les Leçons sur la philosophie de la religion. Hegel expose les quatre causes (aitiai) ; toutefois il privilégie le thème de la cause formelle et de la cause finale. Dans un contexte téléologique particulier, la théorie des causes aristotélicienne réinterprétée par Hegel, s’enrichit aussi, comme chez le Stagirite, d’une nouvelle cause : la cause motrice ou efficiente. Cette dernière semble, ainsi, fusionner avec  la cause formelle et la cause finale. Hegel fonde son interprétation sur l’analyse de la façon dont se déploie, grâce à sa finalité interne, l’ “organisme vivant”. Pour cette raison il étudie dans les Leçons sur la philosophie de la religion le raisonnement logique de la preuve téléologique de l’existence de Dieu, où il utilise nombre de notions aristotéliciennes comme celle de la “vie”. Hegel partage en effet avec Aristote la thèse générale selon laquelle toutes les transformations de la nature sont soumises à une sorte de fin ordonnatrice et se produisent en vue de quelque chose. Hegel approuve en outre chez Aristote la thèse selon laquelle dans la nature une chose devient ce qu’elle était en elle-même dès le commencement. Le résultat théorique auquel Hegel parvient avec la preuve téléologique de l’existence de Dieu, est, à notre avis, une sorte de preuve ontologique « déguisée ».

Keywords:

Hegel & his proofs of God existence (teleological and ontological), Aristotelian causes (formal, final and efficient), internal finalism and life, references to Kant.

 

  • Carlo Natali : « The Greek idea of causes « 

Texte complet : carlonatalithegreekideaofcausesanditschinesecounterpart

Résumé : AbstractC_Natali_Greek_idea_of_causes

 

  • Robert Wardy (Cambridge) : wu-wei: are we making a fuss over nothing? do nothing… CNRS

Certaines des conférences prononcées lors d’une séance du séminaire ont déjà été publiées :

  • Franco Ferrari : « Le système des causes chez Plutarque » – Article publié dans la Revue de philosophie ancienne, (1), 2015, p.95-114.

RÉSUMÉ Cet article est consacré à la théorie des causes de Plutarque dans ses rapports avec le platonisme des premiers siècles de l’époque impériale. Le texte le plus important se trouve dans les chapitres 47-48 du dialogue De defectu oraculorum, où Plutarque présente une théorie dualiste des causes, qui admet deux genres de cause : d’une part la cause divine et rationnelle, qui comprend la cause finale et la cause efficiente, d’autre part la cause nécessaire et matérielle, qui comprend la matière et la cause instrumentale. Cette version de la théorie des causes dépend, de manière directe ou indirecte, du Timée de Platon. Dans d’autres ouvrages, comme le De animae procreatione, Plutarque ajoute deux causes différentes, à savoir la cause paradigmatique, qui s’identifie avec le monde des idées ou avec dieu lui-même, et la cause du mouvement, représentée par l’âme pré-cosmique irrationnelle. Il est intéressant de remarquer que, dans son exposition de la théorie des causes, Plutarque emploie la description prépositionnelle, très répandue dans les écoles philosophiques : l’agent est donc to hyph’hou, le paradigme to pros ho, la matière to ex hou, alors que la cause finale est indiquée avec la formule to dia ho.

ABSTRACT This paper studies Plutarch’s theory of causes in its relation with the Platonism of the first centuries of the imperial age. The most important text regarding this conception can be found in chapters 47-48 of the dialogue De defectu oraculorum, where Plutarch works out a dualistic theory of causes. According to this conception, there are two kinds of causes : on the one hand the divine-rational cause, which includes the final cause and the agent, and on the other hand the necessary and material cause, which includes the matter as substrate and the instrumental cause. This version depends, directly or indirectly, on Plato’s Timaeus. In other works, for example in De animae procreatione, Plutarch adds two different types of cause, i.e. the paradigmatic cause, namely the world of ideas or god, and the cause of movement, namely the precosmic irrational soul. It is interesting to observe that Plutarch in the exposition of his theory of causes uses the prepositional description very common in the philosophical schools : the agent is to hyph’hou, the paradigm to pros ho, the matter to ex hou and the final cause to dia ho.

Pour obtenir un tiré à part de cet article, écrivez à cette adresse ou cette adresse